Bienvenue à Shelvä, terre sauvage et infinie, où règnent mystères et magie ! Bienvenue sur cette terre de liberté, peuplée de renards aux pouvoirs fantastiques !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Shelvä :: Montagne Verte Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Sleep, sinister adventure every night. » || PV. Hannah

avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 02/05/2018
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur




Siffrin
Illusionniste
Sam 5 Mai - 0:08

« Sleep, sinister adventure every night. »
PV. Hannah

Il n’avait pas réussi à fermer l’œil de la nuit. C’était bien sa veine tient. Il n’avait rien demandé à personne. Il s’était tué à la tâche toute la journée, enchaînant les patrouilles pour veiller sur les frontières et la chasse supplémentaire pour être certain d’avoir quelque chose à becter le soir. S’il s’était posé quelques minutes tout au plus le temps d’avaler une souris, c’était là le seul repos que l’Illusionniste s’était donné. Et pourtant. Pourtant au moment où il avait regagné son terrier, sa petite couchette douillette, il eut beau tourner et retourner, tenter une position comme une autre, pas moyen de fermer l’œil et de sombrer. Fermer l’œil, ok. Mais tenir plus de quelques secondes ainsi, se forcer à rester immobile. Il y avait mis du sien, on ne pouvait pas démentir sur ce point. Il avait essayé et c’était donné toutes les peines du monde pour y arriver. Et si pour certain, le temps qu’il y avait passé était dérisoire, pour lui, les dix longues minutes qui avaient défilé à une de ses lenteurs avaient été un réel supplice. Un soupir long comme le monde s’était alors échappé de ses babines, comme s’il tentait d’expier d’une seule fois, tout l’agacement qui était monté en lui ces quelques dernières minutes. Un soupir qu’il répéta encore une ou deux fois avant de se convaincre qu’il n’arriverait pas à fermer l’œil. Du moins, pas sur l’instant. Morphée n’était qu’un sale petit prétentieux, un enquiquineur de bas-étage, tout juste-là pour ne venir chercher que les moins méritants, accablant les autres d’un fardeau dont ils se seraient déjà bien passés. Étirant un à un ses muscles, Siffrin fit rouler sous son pelage son corps athlétique avant de prendre quelques instants pour lisser sa pelisse. Rendant de son éclat et de sa superbe à son pelage roux flamboyant, il prit également la peine de nettoyer sa jolie cravate, lui rendant son blanc immaculé qui avait été entaché par la poussière.

Au final, il passa bien une petite demi-heure à se rendre un poil plus présentable. Et lorsque ce fut chose faite, si la fatigue pointait dans chacun dans ses deux billes ambrées, il avait pris la décision de provoquer à son tour le sommeil. Tant pis. Il n’avait pas voulu de lui, alors, il ne voudrait pas de lui. Il aurait beau l’appeler, il ne se coucherait que lorsqu’il en aurait envie. Ayant ainsi l’impression d’avoir la patte mise sur son être, le renard se leva avec souplesse et se dirigea lentement vers la sortie de sa tanière. Son museau noir pointa rapidement à la surface de la Terre, ses pupilles furent contraintes de se rétracter au moment où elles rencontrèrent la lumière déversée par l’astre lunaire, là où en contrebas, il ne se repérait qu’à l’habitude, au toucher et à l’ouïe, il usait à présent de sa vue pour se faire une idée de la topographie des lieux. Par habitude, il aurait pu être rendu aveugle qu’il aurait su parfaitement s’y retrouver. Et s’il y avait bien une paire d’yeux autre que les siens d’ouvert, il ne s’agissait là que de l’Illusionniste chargé de surveiller le camp durant la nuit. Jaugeant d’un coup d’œil ce dernier, Siffrin reconnu les traits de celui qui avait été son maître encore quelques lunes auparavant. Et s’il aurait pu aller franchement à sa rencontre et tenter de tenir une discussion cohérente avec ce dernier, il n’en fit rien. Du moins, il ne s’en approcha que pour passer furtivement sous ses yeux, lui décrochant un vague signe pour le saluer et fila, le vent de face à travers les arbres qui s’étendaient sous ses yeux. Quelle direction est-ce qu’il prenait ? Il s’en fichait éperdument. Il voulait simplement mettre un peu de distance entre le camp et lui. Simplement aller marcher un peu pour se dégourdir un peu plus et être certain de tomber de fatigue une fois rentré. Laissant ses pattes décider pour lui, il quitta sans ménagement le territoire de sa tribu, sans même y prêter spécialement garde. Et ce n’est que lorsque ses muscles se mirent à grincer devant la pente douce qu’ils grimpaient qu’il ne s’intéressa réellement à son environnement. Il était déjà arrivé jusque-là ? Sous ses yeux, s’étendaient quelques conifères, grimpant au fil du relief de ce que les goupils appelaient entre eux la montagne verte. Et ce n’est pas le paysage, mais bel et bien une petite silhouette étriquée qui attira son attention. S’approchant à pas de loup de cette dernière, il s’arrêta à une distance raisonnable lorsque sa voix railla, presque polie malgré tout :

« Bonsoir, petite. »


©️ waize


Siffrin se vante en #AD360E.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 107
Date d'inscription : 10/04/2018
Age : 13
Voir le profil de l'utilisateur




Hannah
Apprentie-Shaman
Sam 5 Mai - 19:09
Atchoum !
Hannah se réveilla en sursaut. Pendant la nuit, elle avait une ouïe très fine et un reniflement ou un éternuement pouvait la réveiller. Elle sortit de la grotte des Shamans et marcha à pas feutrés dans le camp. Elle était tellement heureuse d'être devenue apprentie Shaman. Après le décès de ses frères et sœurs, elle s'était promise de ne laisser personne mourir dans sa Tribu et elle était déterminée à le faire. Elle s'entendait très bien avec son mentor et avait chaque soir hâte d'être le lendemain. Mais cette nuit elle s'était réveillée à cause d'un éternuement. Elle savait qu'il venait d'un des apprentis de la Tribu qui était malade. Elle alla donc jusqu'à sa grotte et l'observa. Il dormait à point fermé. Elle retourna dans la sienne pour voir si il lui restait des fleurs de tissulage pour calmer sa toux. En effet son pouvoir qui était de guérir les autres ainsi qu'elle-même ne lui servait à rien dans ces cas là. Elle ne pouvait que soigner les blessures et non les maladies. Bien-sûr, plus elles seraient grosses plus Hannah utiliserait d'énergie. Elle avait encore un peu de mal mais dans une lune, elle devrait savoir, le maîtriser. En tout cas c'est ce que lui avait affirmé son mentor. En cherchant les fleurs, elle découvrit qu'il n'y en avait plus. Une lune plus tôt, elle avait découvert un passage pour sortir du camp sans se faire repérer. Elle savait qu'elle n'arriverait pas à se rendormir donc elle décida pour la première fois d'essayer ce passage. Il passait entre deux grottes. Elle avait un peu peur de sortir toute seule pendant la nuit mais bon, c'était pour le bien de la Tribu. Elle commença donc à grimper petit à petit. Presque arrivé en haut, elle glissa sur une pierre qui se délogea et elle tomba par terre. Elle faillit crier mais se retint de justesse. Elle recommença son ascension en faisant très attention où elle mettait ses pattes. Finalement, elle réussit à monter sur la grotte des Shamans. D'ici, elle sauta sur celle des Illusionnistes puis sauta hors du camp.
Elle savait qu'il y avait plein de plantes et de fleurs dont des fleurs de tissulage sur la Montagne Verte mais elle était loin du camp et déjà qu'elle n'avait pas le droit d'en sortir toute seule alors en plus si elle se perdait se serait la catastrophe. Elle se dirigea donc en direction du lac. Elle courut durant une dizaine de minutes en faisant une pause avant d'y arriver. L'eau était magnifique avec le reflet de la lune, mais elle n'était pas venue pour ça. Elle n'avait pas envie que son mentor se réveille et découvre qu'elle n'était pas là. Elle contourna le lac à la recherche des fleurs. En vain. Au début, elle voulut rentrer au camp, mais, après réflexion, elle se dit qu'il fallait mieux en profiter qu'elle était déjà dehors et elle se dirigea en direction de la Montagne Verte.
Après quelques minutes, elle s'arrêta pour reprendre son souffle. Elle trébucha et tomba dans l'herbe. Elle se releva et s'ébouriffa. Elle remua ses sept queues avec colère puis vérifia que personne ne l'avait vue. Après avoir eu la certitude qu'il n'y avait personne, Hannah se remit à courir.
Au bout d'une demi-heure, elle arriva en vue de la Montagne Verte. Enfin, il était temps. Elle en avait assez de courir. Elle commença à monter sur la montagne en observant bien autour d'elle pour éviter de rater ce qu'elle cherchait. Les fleurs de tissulage se cachaient bien. Une fois arrivée en haut, elle marcha un peu dans tous les sens. La lumière de la lune éclairait bien la montagne. C'est grâce à elle qu'elle aperçu les fleurs qu'elle cherchait, là-bas, à côté d'un buisson. Elle accouru. Elle coupa les fleurs, les prit dans sa gueule avant de la faire tomber de de surprise et d'inquiétude. Elle était perdue ! A force de tourner et de virer dans tous les sens, elle avait perdu le chemin qui la mènerait directement au camp. Elle allait s'asseoir pour réfléchir lorsqu'un voix attira son attention.
«Bonsoir, petite.»
Elle remarqua une ombre rousse qui s'était approchéed'elle.
Qui est-ce ? se demanda Hannah. Elle ne s'attendait pas à recevoir de la visite. Il ne semblait pas venir de la Tribu de l'Érable. Son ton était railleur mais s'efforçait de rester poli. Elle avait oublié qu'elle était sur un territoire neutre. Ainsi les deux Tribus pouvaient se rencontrer sans se trouver sur le territoire de l'une ou de l'autre. Mais le renard qu'elle avait en face d'elle semblait appartenait à la tribu de la Cardamine et paraissait assez robuste. Plus âgé qu'elle, c'était peut-être un Illusioniste qui pouvait vouloir chercher la bagarre. Or la kiné renarde ne savait pas se battre. Ce n'est pas pour autant qu'elle s'enfuit en courant. Au contraire, elle s'avança vers l'inconnu, laissant ses fleurs à côté du buisson et le regarda d'un peu plus près. Elle lui lança :
«Bonsoir. Qui es-tu ? Je ne te connais pas.


Hannah parle en #002db3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 02/05/2018
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur




Siffrin
Illusionniste
Lun 7 Mai - 21:48

« Sleep, sinister adventure every night. »
PV. Hannah

Pourquoi est-ce qu’il était venu jusqu’ici ? Il l’ignorait totalement. Il lui semblait avoir laissé son instinct le guider. Ou tout du moins, il avait laissé libre court à ses pattes pour choisir la destination. Après tout, il n’avait rien contre le fait de quitter les terres des Cardamines. Et ce n’était certainement pas lui qui allait craindre qui que ce soit. Un Illusionniste de son rang, un renard de sa trempe, ça ne tremblait pas devant l’inconnu. Du moins, c’est ainsi que sa réflexion allait sans même qu’il s’en aperçoive. Chez lui, le courage était naturel. Il n’avait jamais été couard. Tout petit, déjà, il était le genre à se fourrer n’importe où, qu’importe le danger qui pouvait rôder. Il avait ainsi plusieurs fois tenté de sortir du Camp, bien qu’il soit défendu aux jeunes de le faire. Et le pire, c’est qu’il y était parfois parvenu. Et malgré les remontrances. Malgré les menaces qui planaient sans cesse au-dessus de son petit crâne. Il n’avait jamais réellement compris pourquoi les adultes voulaient tant surprotéger, et surtout emprisonner, les renardeaux dans l’enceinte du Camp. Après tout, il n’avait rien rencontré de terrible dehors. Et quand bien même. N’était-il pas un renard ? La créature que Mère Nature avait dotée de pouvoir, lui offrant ainsi une prestigieuse faculté de se montrer supérieur à d’autres prédateurs ? Et encore aujourd’hui. Encore aujourd’hui, ce que certain appelait un courage aveugle, voire de la témérité stupide en certaines circonstances, continuait de dicter sa conduite. Il n’avait pas peur de ne pas savoir où il mettait les pattes. Il lui semblait être suffisamment rusé pour pouvoir se sortir de n’importe quel pétrin, pour le peu qu’il s’empourpre dedans. Pour l’heure, le seul pétrin qu’il put trouver, c’était cette forme vulpine au loin. Cette même forme de laquelle il s’était approché. Et s’il n’y avait vu qu’une lointaine silhouette étriquée et petite, de loin, une fois plus près, les traits devinrent plus nets.

Au lieu de trouver le coutumier pelage des renards d’antan, les yeux de Siffrin rencontrèrent une fourrure d’un bleu de nuit. Le marquage peu commun de la jeune se peignait d’un noir de jais, reflétant la même noirceur qui égaillait son regard enfantin. Si le rouquin fut incapable de donner un âge à la renarde qui se trouvait juste sous ses yeux, il avait visé juste en la qualifiant de petite. Elle devait être sa cadette de plusieurs lunes, même plusieurs saisons. Et c’est peut-être, également, cette différence d’âge et de taille qui avait forcé le renard si réservé par habitude à s’approcher de cette dernière. Une distance encore considérable séparait encore les deux-êtres, mais pour Siffrin, c’était un grand pas en avant que d’avoir franchi ne serait-ce que la moitié de cela. Au fond, il n’était pas spécialement venu chercher la compagnie ici. Il n’était d’ailleurs rien venu cherché, si ce n’est un peu de calme et la possibilité de pouvoir s’endormir en rentrant. Et lorsque l’idée lui effleura de nouveau l’esprit, le renard s’imagina lové dans son terrier, sur sa litière de fortune, en train de roupiller comme il devrait le faire à l’heure actuelle. Oui, mais Morphée n’avait pas voulu, lui rappela une voix dans sa tête. Il avait essayé pourtant. Mais sa patience avait eu raison de la fatigue et il s’était relevé. D’ailleurs, en y repensant, certains auraient probablement joint une salutation gestuelle à la salutation verbale. Mais Siffrin n’était pas de ce bord-là. Et surtout pas avec des inconnus. Il reconnaissait déjà son effort improbable que d’émettre un son à l’intention de cette renarde, il ne fallait pas non plus trop lui en demander. D’ailleurs, il ne put s’empêcher de sentir une désagréable sensation de malaise parcourir son échine lorsque la renarde décida de faire, à son tour, quelques pas dans sa direction. Tentant de masquer ce dernier, il garda la tête haute et l’air arrogant qui lui allait si bien. Qui es-tu ? Une simple question, mais une question qui pouvait attendre tant de réponses. D’une voix faussement assurée, un poil vantarde, le rouquin déblatéra en unique réponse :

« Je pourrais te retourner la question. »


©️ waize


Siffrin se vante en #AD360E.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 107
Date d'inscription : 10/04/2018
Age : 13
Voir le profil de l'utilisateur




Hannah
Apprentie-Shaman
Ven 11 Mai - 12:23
Hannah n'avait pas envie de parler avec un inconnu. Elle voulait rentrer dans son camp, ranger ses fleurs au bon endroit et s'endormir tranquillement. Mais elle ne pouvait pas non plus se permettre de s'enfuir. Son caractère l'en empêchait tout autant que sa loyauté à sa tribu. Elle le savait, elle n'aurait pas dû venir ici. Ce n'était pas pour rien si on lui avait interdit de sortir du camp. C'était pour éviter des rencontres comme celle-ci. Lui était sûrement Illusionniste et on distinguait sous sa fourrure une forte musculature. Elle, petite, qui ne savait pas se défendre, ne ferait pas le poids face à lui si il décidait de passer à l'attaque. Elle était vraiment mal tombée. Elle aurait de loin préféré croiser un Shaman. Mais cette nuit, la chance n'était pas avec elle et elle devrait se débrouiller toute seule. Lorsqu'il lui avait adressé la parole et qu'elle avait commencé à se rapprocher, plusieurs options s'étaient proposées à elle. La première, bien évidemment était qu'elle aurait pu s'enfuir. Or il était hors de question de faire ça. La deuxième, insensée, lui sauter dessus la première et engager le combat. Celle-ci n'était tout simplement pas réalisable, elle ne pourrait rien faire contre ce renard. Et enfin la troisième, celle qu'elle avait choisie : discuter avec lui en espérant que lui n'ai pas choisit la seconde option. C'était pour elle la seule issue possible à cette rencontre.
Elle lui avait donc posé une question, continuant ainsi la discution. C'était vrai, Hannah ne le connaissait pas. Elle l'avait sûrement déjà aperçu à une rencontre entre les deux Tribus mais dans ce cas, elle l'avait oublié. Il y avait tellement de renards à ce genre de rassemblements que retenir le pelage et le nom de tout le monde lui était impossible. Elle n'avait appris et mémorisé que le nom des autres Shamans ainsi que le chef de la Tribu de la Cardamine, Mellnaev. Elle n'y était aller qu'une seule fois et même si elle devait retenir le plus de chose, elle n'avait pas pu le faire en une fois. Elle avait discuté avec les autres Shamans et était aller voir les apprentis-illusioniste de la Tribu de la Cardamine. Ils avaient été très gentils avec elle et ils avaient donc pu discuter en toute tranquillité. Elle avait aimé aller là-bas et avait hâte d'y retourner.
Après un instant de silence, il lui répondit enfin et seulement :
« Je pourrais te retourner la question. »
Cette reponse déconcerta Hannah. Ne pouvait-il pas tout simplement se présenter ? s'indigna la jeune renarde au pelage bleu nuit.
Cette discution commençait à tourner en rond. Elle voulait rentrer au plus vite alors que lui paraissait avoir tout son temps. A l'instant, son mentor s'était peut-être réveillée et se demandait où elle était passée. Des membres de sa Tribu étaient peut-être partis à sa recherche. La petit renarde ne savait pas vraiment quoi répondre face à cette phrase. En plus le son de sa voix n'avait pas l'air très sympathique et un peu vantard. Il semblait oser la prendre de haut. Elle ne pouvait pas laisser passer cela et après avoir fait un pas en avant, elle lui répondit la tête haute, d'un air un peu hautain, s'efforçant de paraître assurée :
« Je vais te répondre et j'espère que tu fera de même après. Je viens de la Tribu de l'Érable et je m'appelle Hannah.»
Pas question de le laisser avoir trop d'informations. Son nom et sa tribu lui étaient largement suffisant.


Hannah parle en #002db3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 02/05/2018
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur




Siffrin
Illusionniste
Mer 16 Mai - 0:42

« Sleep, sinister adventure every night. »
PV. Hannah

Qui était-il ? Le savait-il vraiment ? Bien sûr, il pouvait répondre à cette question de bien des façons. Bien sûr, il pouvait donner sans l’ombre d’une hésitation son patronyme à quiconque. Après tout, qui craignait-il en ce bas monde ? Pas grand monde. Du moins, personne qu’il n’ait encore eut l’occasion de rencontrer. Et probablement pas cette maigrelette renarde au pelage bleu nuit. L’arrogance le couvrait d’un manteau sans peur. Le courage guidant chacun de ses pas et de ses dires. Rares étaient les moments où il songeait à reculer, à trembler et/ou à fuir. Lorsqu’il y avait ne serait-ce qu’une autre alternative, il faisait face aux choses. La fuite n’était qu’une dernière option, la corde de sortie ultime, lorsque la ruse et les pouvoirs ne servaient plus et lorsque même, là-haut, les abeilles lui bourdonnaient dans son crâne que nulle autre chance ne lui serait accordée. D’ailleurs, il ne lui semblait pas avoir déjà fait face à ce genre de situation. D’aussi loin qu’il se souvienne, sa ruse et son pouvoir sur les sens d’autrui avait toujours eut raison de ses adversaires. Il n’en avait pas rencontré de trop coriaces en vingt misérables lunes d’existence, donc toute, quasiment, avait été passé en tant qu’avorton puis en tant que novice. Il avait échoué par deux fois au test avant de devenir enfin Illusionniste et de gagner une certaine forme de liberté. Être novice allait bien quelques lunes, mais il lui semblait avoir fait rapidement le tour de la question, des techniques et des approches martiales. Il n’avait pas eu de chance les deux premières fois contre son mentor. Mais la troisième fois avait été la bonne, défiant tous les pronostics, déjouant les plans des mauvaises langues et faisant preuve de davantage de détermination et de ruse que les fois précédentes. Même s’il était borné et arrogant, il n’en était pas moins une maturité et une intelligence flagrante pour qui voulait bien le voir.

Encore une fois, la ruse perçait de son arrogance naturelle. Il ne se livrerait pas sur un plateau s’il n’avait pas la certitude d’avoir quelque chose en échange. En somme, c’était donnant-donnant. Il ne voulait pas se voir rouler dans la farine comme un bleu, il n’en était plus un. Et surtout pas par plus bas que lui dans l’échelle. À en juger par l’apparence physique, le comportement global dénoté et la voix aigüe, le goupil n’avait pas une once de doute sur la jeunesse de la renarde bleue. Pour lui, elle n’avait pas encore dix lunes. Pour ce qui est de donner un âge exact, il en était bien incapable. Il n’avait pas passé suffisamment de temps à lorgner sur la taille et le développement des mioches pour réellement en avoir la certitude. Et quand bien même, une lune de plus ou de moins, cela ne changeait pas grand-chose au final. Et qu’elle ne fut pas la surprise de voir une réaction démesurément ridicule se jouer juste sous son museau. Probablement piquée au vif par les quelques mots que le rouquin avait laissé s’échapper et son attitude qui, en soit, n’était plus que naturelle pour lui, la petite renarde bleue avait tenté de se donner un poil plus de contenance. Pour cela, elle avait amorcé un pas en avant et avait ridiculement bombé le torse, se tenant droite pour gagner un centimètre ou deux. Et tout cela ne passa pas dans la pupille d’un aveugle, au contraire. Siffrin riant intérieurement de la réaction provoquée, laissa ses oreilles capter le message de la petite. Hannah. Un nom comme un autre. Un nom comme il en avait un. Et une autre information. Une information désuète qu’il avait déjà capté rien qu’à l’odeur de son pelage. Il avait même compris qu’elle souhaitait entrer dans le rang des Shamans, a en croire l’odeur sur son pelage. Ou alors, elle sortait d’une bien longue période passée dans la tanière de l’un d’eux, pourtant, ses yeux ne décelèrent aucune blessure et son flair aucune odeur rance de maladie. Laissant un sourire de convenance étirer un peu plus ses babines, le rouquin ne bougea pas d’un poil, gardant son attitude des plus normale à ses yeux, jugeant qu’il pouvait au moins la satisfaire un peu ne serait-ce que pour le spectacle et le divertissement qu’elle lui offrait :

« On m’appelle Siffrin au sein des Cadarmine. Ne devrais-tu pas dormir auprès de ton mentor à cette heure-ci ? Je doute qu’un Shaman censé envoi une si petite novice s’exercer à la recherche de plantes en plein milieu de la nuit. »


©️ waize


Siffrin se vante en #AD360E.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 107
Date d'inscription : 10/04/2018
Age : 13
Voir le profil de l'utilisateur




Hannah
Apprentie-Shaman
Sam 2 Juin - 12:33
« On m’appelle Siffrin au sein des Cadarmine.
Siffrin. Jamais entendu ce nom. Et comme elle s'en doutait, il venait de la tribu de la Cardamine. Son odeur qu'elle sentait, malgré la courte distance qui les séparait le trahissait.
- Ne devrais-tu pas dormir auprès de ton mentor à cette heure-ci ? Je doute qu’un Shaman censé envoi une si petite novice s’exercer à la recherche de plantes en plein milieu de la nuit. »
Alors comme ça, il avait deviné qu'elle était apprentie-shaman ? Bravo ! C'est vrai que son odeur la trahissait aussi après tout. C'était normal puisqu'elle passait la plupart du temps au milieu dans les plantes. Leurs odeurs devaient avoir impregné la fourrure de la jeune renarde à force de passer du temps dans cette grotte. Par contre pourquoi avait-elle l'impression qu'il la menaçait ? C'était la première fois qu'elle enfraignait les règles. Enfin quand elle disait la première fois, c'était depuis qu'elle était devenue apprentie-shaman. Quand elle était petite, Hannah faisait pleins de bêtises. C'était normal à son âge. Disons que depuis qu'elle avait "grandi", elle avait compris qu'il fallait qu'elle arrête de faire des sottises et que même si c'était difficile de l'avouer, elle était insolente envers les autres, il fallait qu'elle soit un minimum obéissante. Et puis Fenn était un bon mentor, il n'avait pas le droit d'insinuer le contraire. En plus malgré son irrespect aux règles, elle allait tout de même chercher des plantes pour son camarade malade. Il en avait besoin pour guérir. Enfin, lui répondre qu'un des membres de sa tribu était atteint d'une maladie pourrait sous-entendre qu'ils étaient affaiblis. Sauf qu'il n'était pas question qu'elle en dise trop, sa sortie nocturne était déjà une faute assez grave, elle ne voulait pas risquer d'aggraver son cas.
«Et toi ? Qu'est-ce que tu fais là ?» répondit-elle d'un ton neutre.


Hannah parle en #002db3
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shelvä :: Shelvä :: Montagne Verte-
Sauter vers: